RETOUR SUR ...


Titre   : Retour sur ... Mirapolis
Contenu : Critique et photos du parc à thèmes Mirapolis
Auteur  : Frédéric Molitor
Date    : Juillet 2001

 

Sommaire

Ce que j'en pense
Mirapolis point par point
Quelques Chiffres
Acccès
Photos


Ce que j'en pense
 

    Situé près de Cergy-Pontoise, à 30 km au nord-ouest de Paris, Mirapolis ouvrit ses portes en 1987 avant de déposer le bilan le 22 Janvier 1990. Sa courte durée de vie doublée d'une importante superficie font de Mirapolis un ambitieux projet qui a marqué l’histoire des loisirs en France.

    En effet, justement autoproclamé "1er Grand Parc d’Attractions Français", Mirapolis existait bien avant que Mickey n'entreprenne de s’installer en Europe. Mais Mirapolis fut aussi une succession d’erreurs parsemée de quelques bonnes idées. Bref, un beau gâchis qui aurait pu devenir un grand parc à thèmes français. Dommage... Mais alors, que s'est-il passé ?

    Le parc et son parking occupaient 40 ha soit deux fois le Parc Astérix. Première erreur : l’immense superficie du terrain était très mal exploitée. Les attractions étaient trop éloignées les unes des autres. Il fallait donc beaucoup marcher au cours de sa visite, ce qui est fatiguant et lassant. Un bon parc doit d’abord construire son noyau puis se développer sur sa périphérie. On comprend que certaines attractions doivent avoir un emplacement particulier, notamment le géant Gargantua pour sa vue panoramique, mais il valait mieux chausser de bonnes baskets pour crapahuter dans Mirapolis.

    D’immenses espaces vides étaient donc non seulement visibles du public, mais il devait aussi les traverser pour aller d’une attraction à l’autre. Insuffisamment boisé, Mirapolis était une morne plaine. Les concepteurs du parc avaient bien prévu d’égayer ces parties par des jardins alambiqués et autres labyrinthes de haies mais ils n’ont jamais été bien entretenus : deuxième erreur. Finalement laissés à l’abandon, ces espaces étaient des déserts de tristesse qui préfiguraient déjà l’avenir du parc.

    "Entrez dans un monde de folie, le monde de l’histoire, des contes et des légendes de France" annonçaient les plaquettes. Derrière cette thématique intéressante se cachait un parc mal conçu dépourvu de sens, de vie. Les constructions étaient éparpillées ça et là, sans explication, sans contexte : troisième erreur. Un grossier village viking côtoyait des manèges à l’effigie de Groquik, la rivière canadienne était nue, sans décor ni habillage, la parade à laquelle participait tous les dimanches Carlos n’avait ni queue ni tête, ... Tout ceci laisse le visiteur perplexe devant cette vaste foire qui manque de sens et n’a jamais trouvé son âme.

    Pourtant les concepteurs étaient sans doute plein de bonnes intentions et Mirapolis comportait quelques bonnes attractions et spectacles parfois uniques en France à l’époque. Ainsi le plus grand roller coaster de France du moment (Miralooping), le spectacle d’automates de l’Arbre Lumière dans le Palais de Dame Tartine, l’impressionnante visite des entrailles de Gargantua ou la Ville d’Ys étaient des attractions originales et même novatrices. Elles auraient pu être le style Mirapolis si le reste du parc était de la sorte.

    Ce premier grand parc à thèmes fit donc l’effet d’une étoile filante. Les français n’étaient peut-être pas encore prêt pour ce nouveau mode de consommation de loisirs. Le Club Med puis des forains associés à l’homme d’affaire saoudien Gaith Pharaon ne réussiront pas à redresser la barre. En fait, Mirapolis n’a jamais réussi à décoller mais restera à jamais un exemple pour tous. C’est vraiment dommage car si ses concepteurs avaient étudié quelques parcs à succès avant de se lancer dans cette affaire (je suis sûr qu’ils ne l’ont pas fait...), bien des erreurs auraient été évitées et Mirapolis, aujourd’hui rasé, serait une prospère entreprise.

Retour au sommaire


Mirapolis point par point
 
Intérêt thématique : 2/4
L’idée de départ est bonne (l’histoire, les légendes et les contes de France) mais d’énormes erreurs de conception empêchent de voir en Mirapolis une quelconque harmonie; et ceux malgré un spectacle d’automates sur Léonard de Vinci, l’évocation des impressionnistes ou de la civilisation latine.

Attractions aquatiques : 1/4
Il n’y en avait qu’une : une rivière canadienne nommée Descente des Rapides. 14 mètres de haut (y’a mieux), pas de décor, pas de thème, pas de style. Aucun intérêt donc, si ce n’est le côté rare de l’époque.

Attractions à sensations : 2/4
Il y avait surtout le Miralooping, un classique du roller coaster qui enchaîne deux loopings et une double vrille, également unique en France à l’époque. S'ajoutent à cela quelques manèges habituels pas très méchants hérités des fêtes foraines (bateau pirate, centrifugeuse horizontale, petit roller coaster motorisé très familial, ...). Pas trop mal donc, jusqu’à l’ouverture du Parc Astérix avec le légendaire Goudurix et ses sept inversions...

Attractions d’automates : 3/4
On pouvait se promener à l’intérieur de Gargantua dans une nacelle. La représentation de ses entrailles était assez poétique et le passage dans sa collerette donnait une vue panoramique du parc à près de 30 mètres du sol. On pouvait aussi visiter en nacelle la Ville d’Ys, engloutie par les eaux. Pas mal voir bien et surtout original avec de bonnes idées mais techniquement moyen, l’envers du décor étant trop visible. Dommage car le style était intéressant, à des années lumière de la guimauve sirupeuse de Disneyland PARIS. Une bonne note tout de même pour des idées que l’on n’a jamais retrouvées ailleurs (pour l’instant).

Pour les plus petits : 1/4
Un tour sur le dos d’un poney, un coin style Club Mickey des plages et des aires de jeux. Plus les classiques vieux tacots et autres promenades reposantes au fil de l’eau. Ouais bon mais pour un parc à thèmes, c’est plutôt faible. Autant aller au square. Et puis surtout c’était tellement vide que s’en était triste et ça, ça aide pas...

Spectacles : 2/4
Y’avait du bon (l’Arbre Lumière) et du moins bon (l’automate de Léonard de Vinci avait une mécanique visible et bruyante). Avis mitigé donc mais soulignons une fois de plus le style et les idées originales. Il y avait aussi un cinéma 3D (Château des Visions) et un cinéma dynamique (Navette aux Mille Sensations) des plus routiniers.

Animations : 1/4
Y’en avaient (parade, animations de rue) mais il était difficile de se prendre au jeu. Les français n’étaient peut-être pas encore prêts.

Décors : 1/4
Bof. Ca avait un air de pas fini. Manque de verdure, et de verdure verte! Et puis tout ces espaces vides...

Verdure : 0/4
C’est là où le bât blesse. Vers la fin de la vie du parc, les cadavres d’arbustes n’étaient pas le décor d’une maison hantée mais bel et bien la réalité.

Restaurants et boutiques : 1/4
Pas terrible. Preuve : je n’ai jamais rien ramené des boutiques Mirapoliennes. Les sponsors étaient trop visibles sur les points de restaurations. A noter également la présence de la Boutique de Carlos... Eh oui, ce sympathique chanteur faisait office de produit d’appel et donnait de sa personne dans les spots de pub (Ah, Carlos dans le Miralooping...), en plus de sa présence à la parade du dimanche.

Entretien : 0/4
Inexistant. No comment. Exemples parmi d’autres : la poussière était visible sur les globules rouges de Gargantua, la pieuvre de la Ville d’Ys était endommagée. Le plus drôle, ce sont les parties artificiellement vieillies qui étaient réellement rongées par le temps! De toute façon à la fin de la vie de Mirapolis, seule la partie fête foraine était vivante et animée. Pour le reste, la sécurité des attractions était assurée et puis c’est tout.
Retour au sommaire


Quelques Chiffres
 

     En vrac ...

29 attractions (y compris spectacles)
10 restaurants plus de petits snacks (les Mirabars)
5  boutiques

Soit : 0,345 restaurants par attraction
       0,172 boutiques par attraction
 

Tarifs (Saison 1990)

Moins de 5 ans  : GRATUIT
Adulte          : 100 FF  (14 ans et plus)
Enfant          : 75  FF  (de 5 à 13 ans)

Abonnement pour la saison : 300 FF

Parking  : GRATUIT (6000 places + 300 places autocars)

Retour au sommaire


Accès
 
    A 30 km au nord-ouest de Paris par l’autoroute A15, sortie n°13, route de Courdimanche 95808 Cergy-Pontoise. Attention : ne compter pas y passer votre prochain week-end ! Mirapolis est définitivement fermé et Gargantua a été dynamité il y a bien longtemps. Triste fin pour un géant...
Retour au sommaire


Photos
 
 
 
Nom du fichier
Description
Date
mira04.jpg Descente des Rapides : drop 03/09/1989
mira05.jpg Le chanteur Carlos durant la parade 25/09/1988
mira06.jpg Gargantua : vue d'ensemble 25/09/1989
mira07.jpg Descente des Rapides : ça mouille 25/09/1988
miralo01.jpg Miralooping : vrille 25/09/1988
miralo02.jpg Miralooping : first drop 25/09/1988
Retour au sommaire


Contact : Frédéric MOLITOR
(c) 2001 Frédéric MOLITOR